En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies par celui-ci.
Les cookies nous permettent de mieux traiter vos demandes et d'améliorer le contenu de notre site web.


Technico-commercial puis gérant dans le nettoyage

  1. Après 3 courtes années en contrat d'apprentissage carrosserie / peinture et 2 CAP en poche, l'idée d'ouvrir ma propre carrosserie est plus qu'une envie :
  2. Je découvre alors le métier d'acheteur et de négociant (PNL entre autres) en m'équipant intégralement (poste à souder, tir clou, ponceuse, compresseur 350L, pistolets à peinture...) ou presque totalement équipé...
  3. Il ne me reste plus qu'à acheter une cabine de peinture (environ 80 000 euros), une somme pouvant certes être empruntée, en plus des locaux, stock de peinture (4500 mais pouvant être 'loué')... tout en étant esclave des assurances décidant des temps et tarifs à appliquer.
  4. La décision est prise, je serai carrossier pour passer le temps et uniquement pour moi mais n'ouvrirai pas de carrosserie.

  5. Histoire de ne pas rester avec seulement un niveau CAP sur papier, je m'oriente tout de même vers le Brevet de Maîtrise Supérieur avec la chambre de métiers d'Annecy (74) et le CERCAP (Aucaleuc - 22) ou me sont enseignés les bases de la comptabilité, commercial/techniques de ventes, RH, anglais...

  6. Pendant ce temps, je suis technico-commercial au SMIC dans le nettoyage industriel (petite société créée par mon père en 2004, 80keuros de C.A.) où j'y apprends que :
  7. - acheter et vendre en porte à porte, ce n'est pas la même affaire puisque tout vient du rapport de force (besoin / offre)
  8. - le rapport de force peut être inversé si on crée ou contourne le besoin
  9. - l'esprit critique des prospects diminue sur simple mise en scène (image, notoriété, prestance, argumentaire, écoute active)
  10. - on peut proposer de 'vendre' un service, ou de 'rendre' service. La notion de vendre à elle seule change déjà la considération qu'on a du prospect qui le ressent à son tour.
  11. - la transparence, pointer nos imperfections, nos doutes, diminue l'esprit critique du prospect et augmente sa confiance.
  12. - les éléments négatifs peuvent tous être tirés à notre avantage, peu importe la boulette, l'énervement du prospect / client, on peut lui apporter une réponse démesurée à son attente et inverser ses sentiments tout en améliorant notre image de marque. Ce qui n'aurait pas été possible sans l'élément négatif malgré les meilleurs argumentaires. On peut donc souhaiter des événements négatifs mais ne pas les provoquer.
  13. - la conscience professionnelle est la clé de la réussite, car on comprend vite que rare sont les commerciaux qui connaissent vraiment leurs produits / techniques / services / matériels / mises en application et ont en plus de ça un vrai désir de satisfaire / rendre service.
  14. - ces mauvais commerciaux nous poussent vers le haut, ne pas hésiter de demander leurs avis aux prospects, qui adorent se plaindre et pointer du doigt les défauts des concurrents. Ne jamais prendre partie mais s'arranger pour ne pas faire les mêmes erreurs.
  15. - au même titre qu'on peut anticiper les problèmes et erreurs, on peut aussi anticiper les objections dans notre argumentaire, les prospects n'auront alors pas le temps d'activer leur esprit critique et auront la sensation d'avoir enfin trouvé une solution à leur problème.
  16. - tous les prospects / clients pensent que leur problématique leur est propre, et que rare sont ceux qui ont la même. Ils pensent donc qu'il est difficile de trouver un prestataire qui va pouvoir traiter leur problème/besoin.

  17. Et quand on lie tous ces éléments ensemble, on comprend qu'on a acquis le marketing 'terrain'.
  18. Je m'intéresse alors à la 'user experience' encore méconnue en France, puis à la psychologie comportementale et tests (MBTI, ennéagramme), au réseaux sociaux et à leurs usages qui commencent tout juste à exploser en 2009.
  19. L'idée de créer mon propre réseau social intelligent pour faire venir à moi d'autres personnes ambitieuses, méticuleuses, pugnace.. commence à germer. Puisque j'ai plein d'idée de projets, mais en équipe ça serait plus simple, mais où trouver ces profils, les réseaux sociaux ne le permettent pas.

  20. Avoir des idées c'est bien, une équipe c'est mieux, des fonds, indispensables... Je reprends alors la société de nettoyage de mon père en Octobre 2009, mais un salaire contre taux horaire ne suffira pas, il me faut des revenus passifs et d'autres sources de revenus.
  21. Je décide d'investir le peu que j'ai réussi à mettre de côté lors de mes années d'apprentissage et travaille au smic pour acheter un appartement à Annecy, seulement 3 mois après le rachat de la société.

  22. Je resterai gérant de Alpes Techniques Nettoyages jusqu'en Juin 2017 après avoir commencé le développement de mon propre logiciel en 2012


< Rubrique précédente      |      Rubrique suivante >

Nous contacter


Téléphone *

Message *